Roberto Bolaño

Roberto Bolaño est considéré comme l’un des plus grands auteurs sud-américains de sa génération. Il est né à Santiago du Chili en 1953. Il est arrivé comme une bombe sur la scène littéraire espagnole avec, d’abord, La littérature nazie en Amérique, puis Les détectives sauvages. Entre autres prix, il a reçu en 1997 le prix le plus important de son pays, le Prix Herralde en 1998, et le Prix Romulo Gallegos, le plus prestigieux d’Amérique latine, en 1999. Héritier hétérodoxe de Borges, de Cortazar, de Artl, d’Onetti, à la fois poète et romancier, il saisit à bras le corps la littérature et l’histoire de sa génération, et est passé maître du brassage des registres, situations et personnages.

Roberto Bolaño est décédé en juillet 2003 à Barcelone à l’âge de 50 ans.

 

Voir tous les ouvrages de Roberto Bolaño dans notre catalogue

2666

« 2666 explore les rapports entre littérature et expérience, plusieurs manifestations de l’expérience : la solitude, l’amitié, l’amour, et, la plus étrange et la plus radicale de toutes, le mal. Il l’explore avec ironie, sans théorie ni résolution, par la grâce exclusive du récit. Bolaño semble avoir conté absolument tout ce que les phrases lui dictaient. Chaque récit est une aventure : une fresque infâme, délicate, grotesque, redondante, absurde, que découvrirait à la torche un enfant sur les parois d’une caverne dont il ne sortira plus. »

— Philippe Lançon, Libération 20 mars 2008.

Roberto Bolaño a écrit 2666 en se sachant gravement malade. Roman de plus de mille pages, structuré en cinq volumes, projet immense, il s’est imposé dès sa sortie, posthume, comme l’un des livres majeurs de son œuvre.

Julien Gosselin adaptera 2666 en pièce de théâtre à l’occasion du Festival d’Avignon 2016.

Pour adapter 2666 au théâtre, je vais conserver la structure de l’œuvre, les cinq parties. Bolaño essaye de cloisonner fortement les histoires, mais laisse aussi entrevoir au lecteur la possibilité de croisement à l’intérieur de celles-ci, possibilité qui se verra parfois confirmée, souvent désactivée. Le spectacle qui naîtra de cette adaptation durera entre huit et neuf heures. Je veux qu’il soit pour le spectateur ce qu’il est pour le lecteur, énorme, infini, jouissif, pénible parfois. Je veux le concevoir comme une expérience totale, une traversée commune entre les acteurs et le public, en en gardant sa force et sa complexité. Il y aura entre quinze et vingt acteurs au plateau qui seront, comme c’est toujours le cas dans notre travail, tour-à-tour musiciens, performers,  narrateurs quand il le faudra, ou personnages. Je veux réunir tous les outils nécessaires à la tentative de somme théâtrale que nous faisons, dans la scénographie, dans la lumière, le son ou la vidéo.

Comme c’était le cas avec Les Particules élémentaires, je suis certain que ce roman, la langue de ce roman, peut résonner avec une puissance incroyable sur un plateau de théâtre. Je fais le pari que nous pourrons, dans cette traversée gigantesque, essayer de dire à notre tour ce que Bolaño écrit dans son livre Amuleto : « un cimetière de l’année 2666, un cimetière oublié sous une paupière morte ou inexistante, aux aquosités indifférentes d’un oeil qui en voulant oublier quelque chose a fini par tout oublier. »

  • Julien Gosselin

 

Bolano MB.jpg

(c) Mathieu Bourgois

Publicités

Martin Suter

Martin Suter

Martin Suter est né à Zurich en 1948. Publicitaire à Bâle, Martin Suter multiplie les reportages pour Géo, devient scénariste pour le cinéaste Daniel Schmidt, écrit des comédies pour la télévision. Il vit entre la Suisse, l’Espagne et le Guatémala.
Small world a obtenu le prix du Premier Roman, catégorie « romans étrangers ». Il sera prochainement adapté au cinéma avec Gérard Depardieu et Nathalie Baye. Un ami parfait a été adapté au cinéma en 2006, sous le même titre, par Francis Girod et deux autres de ses romans sont en cours d’adaptation. Martin Suter a également contribué au dernier album de son compatriote le musicien Stefan Eicher, pour qui il a écrit les textes de trois chansons sur Eldorado (2007) et travaillé au projet d’une comédie musicale.

 

9

« Martin Suter ausculte la bonne société suisse alémanique, ouatée, fielleuse, hypocrite, âpre au gain, se servant de la métaphore médicale pour percer cette civilisation du secret, mieux que le pied-de-biche n’ouvre les coffres zurichois. »

Manuel Carcassonne – Le Figaro Littéraire

*

Lire la suite

Kate Summerscale

384

« Je suis une journaliste jouant à l’historienne et essayant, ensuite, de transformer ce que j’ai trouvé en roman. »

– Kate Summerscale

 

Kate Summerscale est née en 1965. Elle est l’auteur de The Queen of Whale Quay, pour lequel elle a reçu le prix Somerset Maugham. Ce livre a connu un grand succès public et critique et a figuré sur la dernière sélection du prix Whitbread dans la section biographies. Par ailleurs, elle a été membre de jurys de nombreux prix littéraires, parmi lesquels le Booker Prize. Paru en 2008, L’affaire de Road Hill House a connu un grand succès public et critique : pour cet ouvrage, elle a gagné le prix Samuel Johnson dans la catégorie non-fiction, la Galaxy British Book Award et figuré en tête de la liste des best-sellers pendant plusieurs mois.
Elle vit à Londres avec son fils.

Lire la suite

António Lobo Antunes

Lobo Antunes (c) Mathieu Bourgois
Né en 1942 à Lisbonne et issu de la grande bourgeoisie portugaise, António Lobo Antunes a fait des études de médecine et s’est spécialisé en psychiatrie, métier qu’il a exercé à l’hôpital Miguel Bombarda dans les années 1970-1980. Au début des années 1970, il a été envoyé en Angola où il a participé à la guerre coloniale, comme tous les jeunes hommes de sa génération. Auteur à ce jour de plus de trente ouvrages traduits dans les principales langues et publiés pour la plupart chez Christian Bourgois éditeur, il est aujourd’hui l’une des grandes figures de la littérature contemporaine. De nombreux travaux ont été consacrés à son œuvre, et il a reçu de multiples prix littéraires, dont le Prix Union Latine en 2003, le Prix Jérusalem en 2005 et le prix Camões en 2007. Une saison théâtrale proposant une soixantaine d’événement autour de son œuvre (concerts, lectures, installations, spectacles, etc.) lui a été dédiée à la Maison de la Culture de la Seine Saint-Denis (MC93) à Bobigny de janvier à juin 2011.

Premier titre au catalogue : Le retour des caravelles, traduit du portugais par Michelle Giudicelli

Dernier titre au catalogue : De la nature des dieux, traduit du portugais par Dominique Nédellec

lobo-antunes_nature-dieux_V5.indd

Lire la suite

Jean-Christophe Bailly

 Jean-Christophe Bailly

Bailly - photo Gilberte Tsaï

Jean-Christophe Bailly est né en 1949 à Paris.

Après avoir longtemps travaillé dans l’édition (notamment chez Hazan et aux éditions Christian Bourgois où il a dirigé la collection « Détroits » avec Philippe Lacoue-Labarthe et Michel Deutsch), il enseigne aujourd’hui l’histoire de la formation du paysage à Blois. Depuis son premier livre, publié en 1967, il a beaucoup écrit, en croisant les genres et en couvrant de nombreux domaines qu’il s’efforce de faire jouer entre eux.

Premier titre au catalogue : 1975, Défaire le vide
22 titres au catalogue
Dernier titre : 2015, L’élargissement du poème

« Jean-Christophe Bailly est un de nos principaux collaborateurs. En 1975, nous avons commencé à publier la grande diversité de ses textes : pièces, poésies, essais… Puis il a pris un rôle d’éditeur, au sens anglais du terme, dans notre maison. Il dirige la collection « Détroits » qu’il a créée en 1985 avec Philippe Lacoue-Labarthe et Michel Deutsch. Cette splendide collection comprend aujourd’hui 53 titres qui enchevêtrent littérature et philosophie. »

  • Dominique Bourgois

Lire la suite