Musique !

« On ne peut se pencher sur la musique sans rencontrer le Temps, sans retrouver le Beau, sans s’interroger sur l’Etre. »

– Jean-Jacques Nattiez

Boulez-Patrice Pascal

Pierre Boulez est né à Montbrisson, dans la Loire, en 1925. A dix-sept ans, il abandonne de brillantes études de mathématiques pour la musique. Elève d’Olivier Messiaen au Conservatoire, il se dirige vers la composition et la direction d’orchestre qu’il est amené à « inventer » lui-même en dirigeant ses propres œuvres. En 1954, il fonde le Domaine Musical à Paris avec Jean-Louis Barrault. Compositeur d’avant-garde et chef d’orchestre, il invente un nouveau style de direction. Il décède le 5 janvier 2016, dans sa résidence de Baden-Baden.

On sait peu à quel point Pierre Boulez accordait de l’importance aux mots, aux livres. Au-delà de ses très beaux textes que nous avons publiés, il est également à l’origine, avec Jean-Jacques Nattiez, de la collection ‘Musique/passé/présent‘. Cette collaboration nous a permis de publier la biographie de Varèse par Fernand Ouellette en 1989, la correspondance Boulez-John Cage en 1991 ou encore celle de Glenn Gould en 1992. Il n’y a pas un livre de cette collection qui n’ait reçu l’imprimatur de Pierre Boulez. Lors de la cérémonie en sa mémoire à Paris, Renzo Piano a dit à son sujet une phrase toute simple, très juste : ‘il avait horreur de la paresse.’

Dominique Bourgois

*

L’écriture du geste
Pierre Boulez n’est pas seulement le compositeur d’œuvres marquantes du XXe siècle, Le Marteau sans maître, Pli selon Pli, Répons, Sur incises… C’est aussi l’un des plus grands chefs d’orchestre de sa génération : de l’Opéra de Paris à Covent Garden et Bayreuth, du Domaine Musical à l’Ensemble InterContemporain, il aura dirigé les orchestres les plus prestigieux : l’orchestre de la BBC, le London Symphony Orchestra, et les orchestres de Berlin, Chicago, Cleveland, Los Angeles, Vienne, New York…

Boulez_L'EcritureduGeste

Dans ces entretiens avec Cécile Gilly sur la direction d’orchestre, il évoque non seulement les grands moments de sa carrière comme chef, mais pénètre les arcanes du métier : l’apport des grands compositeurs-chefs d’orchestre (Berlioz, Wagner, Mahler, Strauss), le rapport entre son expérience de compositeur, la partition et le geste du chef, et l’enseignement de la direction.

Collection « musiques » dirigée par Jean-Jacques Nattiez

Illustration de couverture : © Philippe Gontier
Pierre Boulez (détail)
ISBN : 2-267-01644-3
18 €

Leçons de musique
Pierre Boulez est à la fois un des créateurs les plus importants du XXe siècle et un véritable penseur de la musique. De 1976 à 1995, il a occupé au Collège de France la chaire « Invention, technique et langage ». Publié à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, le présent volume réunit l’ensemble des leçons que le compositeur et chef d’orchestre y a présentées.

Boulez_LeconsdeMusique

Comment naît l’idée musicale ? Comment passe-t-on de l’idée à sa réalisation ? Quels sont, dans l’acte d’invention, les rapports entre le métier et l’imagination ? La mémoire risque-t-elle d’occulter la création ? Peut-on parler d’authenticité en musique ?
Dialoguant souvent avec ses « ancêtres » les grands compositeurs de la modernité (Bartók, Berg, Debussy, Varèse, Stravinsky entre autres) mais aussi ses classiques de prédilection (Bach, Wagner), il tient à haute voix, dans Leçons de musique, le journal de son métier de compositeur et lève un coin du voile sur le « noyau infracassable de nuit » d’où surgit la composition musicale.

Préface posthume de Michel Foucault
Édition préparée par Jean-Jacques Nattiez et Jonathan Goldman.
Collection Musique/passé/présent dirigée par Pierre Boulez et Jean-Jacques Nattiez
Illustration de couverture : © Philippe Gontier
ISBN : 2-267-01757-1

Regards sur autrui
Publié à l’occasion des quatre-vingts ans de Pierre Boulez, ce deuxième volume de l’édition complète de ses articles porte sur les compositeurs (et leurs œuvres) qui ont jalonné sa carrière de créateur et de chef d’orchestre. Les opéras tout d’abord : la Tétralogie et Parsifal de Wagner, Pelléas et Mélisande de Debussy, Wozzeck et Lulu de Berg. Mais aussi tous ceux qu’il a été amené à diriger en concert et sur disque : quelques « anciens » (Bach, Berlioz, Mahler), le « cortège des ancêtres » (Debussy, Schönberg, Bartók, Stravinsky, Webern, Varèse, Berg, Messiaen), ses contemporains (Carter, Maderna, Ligeti, Nono, Berio, Pousseur, Stockhausen et bien d’autres).
2-267-01750-4g

Ces textes permettent de comprendre non seulement comment Pierre Boulez compose les concerts qu’il dirige à la tête des plus grands orchestres (Berlin, Chicago, Cleveland, Londres – London Symphony Orchestra, Orchestre de la BBC -, Los Angeles, New York, Vienne) ou dans le cadre des institutions qu’il a fondées : le Domaine musical, l’Ensemble InterContemporain et l’IRCAM.
La moitié des articles présentés ici n’avaient jamais été repris en volume. On découvrira une dizaine d’inédits.

Textes réunis et présentés par Jean-Jacques Nattiez et Sophie Galaise.
Collection Musique/passé/présent dirigée par Pierre Boulez et Jean-Jacques Nattiez
Illustration de couverture : © Philippe Gontier
ISBN : 2-267-01750-4

Voir tous les ouvrages de Pierre Boulez dans notre catalogue

*

Musicologue de réputation internationale, Jean-Jacques Nattiez a publié de nombreux essais. Il a reçu le Prix Littéraire Québec-Paris 1997 pour son roman Opéra. Il est professeur titulaire à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.

147

Droits réservés

 

Directeur de la collection Musiques
Directeur avec Pierre Boulez de la collection Musique/Passé/Présent

 

 

Dernier ouvrage au catalogue :

Nattiez_wagner-antisemite.jpg

 

La grandeur de l’un des plus remarquables musiciens du monde occidental peut elle excuser des positions parmi les plus abjectes qui soient ? Et surtout : peut elle justifier qu’on les ignore ?

Leurs manifestations ne font malheureusement aucun doute : dans son essai « La judéité dans la musique » (1850) ou d’autres écrits dont on trouvera ici des traductions nouvelles, ainsi qu’un inédit en français. Mais peut-on dire que les livrets et même la musique de ses opéras sont antisémites ? L’antisémitisme de Wagner est un sujet pour le moins controversé dans la littérature spécialisée dont on trouvera ici un bilan à la fois critique et polémique, mettant en jeu l’enquête biographique, l’histoire générale, l’histoire de l’antisémitisme, l’histoire de la musique,  la musicologie, la sémiologie, la psychanalyse et l’esthétique.

Et comment l’expliquer ? Parce qu’il aurait été juif lui-même ? Beaucoup de ses contemporains le croyaient, comme l’atteste la vaste collection de caricatures du compositeur réunie dans cet ouvrage. Au terme d’un examen serré, il est nécessaire de poser des questions dérangeantes : faut-il interdire l’exécution ou la représentation des opéras de Wagner ? Faut-il fermer Bayreuth ?

Voir tous les ouvrages de Jean-Jacques Nattiez dans notre catalogue
Voir tous les ouvrages de la Collection Musique/Passé/Présent dans notre catalogue

*

434

(c) Rachel Papo

Jonathan Cott a fait partie de l’équipe dirigeante du magazine Rolling Stone, pour lequel il écrit encore régulièrement. Il a également fréquemment écrit pour le
New York Times et le New Yorker.

Parallèlement à son travail de journaliste, il a publié plus de 16 livres, dont les Conversations avec Glenn Gould, une biographie de Bob Dylan ainsi que Stockhausen : conversations avec le compositeur. Il vit à New York.

 

Dîner avec Lenny

cott_diner_lenny.indd

154 pages, 15 euros, parution 2014

Leonard Bernstein est sans aucun doute la personnalité de la musique classique américaine la plus estimée et la plus charismatique du XXe siècle. Chef d’orchestre, compositeur, pianiste, écrivain, éducateur et défenseur des droits de l’homme, il a mené une vie intense et passionnée, à rebours des conventions. Auteur de la célèbre comédie musicale West Side Story, il a dirigé pendant onze ans l’Orchestre philharmonique de New York.
Dîner avec Lenny restitue la dernière remarquable conversation, accordée par Leonard Bernstein à Jonathan Cott en novembre 1989, au cours de laquelle il s’étend sur des sujets musicaux, pédagogiques, politiques, psychologiques, spirituels et personnels, avec une franchise et un humour désarmants.

« Jonathan Cott a un don extraordinaire : celui de faire parler des gens intéressants – surtout des musiciens – de façon énergique, précise et divertissante à propos de leurs idées sur divers sujets qui ont à voir, de près ou de loin, avec la musique. Lisez ce livre, et voyez vous-même. » – Steve Reich

« On est convié à une promenade entre des réflexions fascinantes sur le langage, sur la mystique du chiffre sept, sur l’effet qu’eut Hitler sur la musique du XXe siècle, et diverses anecdotes [personnelles cocasses].» – Susan Elkin, The Independent

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Michel Marny

Rencontres avec John et Yoko

Cott-rencontres avec john et yoko.jpg

Illustration (c) Allan Tannenbaum

C’est en 1968 à Londres que Jonathan Cott, pour le magazine Rolling Stone, rencontre la première fois John Lennon et Yoko Ono. Cet entretien marque le début d’une amitié durable dont témoigne ce volume qui dévoile nombre de leurs conversations – pour certaines inédites – dont l’une ayant eu lieu trois jours avant l’assassinat de John Lennon.

« Voici un recueil de conversations, d’observations, de souvenirs musicaux et amicaux merveilleusement et tendrement composé. Il est agréable de retrouver la compagnie de John Lennon, sa bien-aimée Yoko Ono, et Jonathan Cott, reporter et ami de confiance. » – Martin Scorsese

« Jonathan Cott fait partie de ces rares écrivains qui ont une haute idée de l’interview. Ses conversations sont des trésors d’intelligence, de pertinence et de nécessité. Il possède ce don particulier d’humaniser les personnalités sans dilapider toute leur magie. C’est ce qu’il fait encore ici avec John et Yoko. Leur humour, leur génie, leurs excentricités, tout comme leurs défauts livrés sans réticence, font voler en éclat une grande part des clichés auxquels nous nous étions accoutumés à leur sujet. Cott leur a fait, et nous a fait par la même occasion, une grande faveur. » – Richard Gere

 Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Michel Marny

Voir tous les ouvrages de la collection Musiques dans notre catalogue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s